En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte

les boosters de N.O. : facteurs de croissance

Publié le : 30/06/2017 12:39:31
Catégories : Dossier spécial


Pour continuer à progresser et enregistrer des résultats sensibles, il est important d’optimiser l’efficacité de vos séances. A cet égard, les pre-workouts constituent sans aucun doute l’un de vos meilleurs alliés pour des entraînements réussis. Ils sont effectivement conçus pour vous aider à concilier énergie, force, puissance et endurance tout au long de vos entraînements. Au delà de l’effort, ils participent en parallèle à l’amélioration des gains de masse musculaire et de volume.

Compte tenu de leurs propriétés, les précurseurs de NO, qui, comme leur nom l’indique, contribuent à stimuler la libération naturelle de l’oxyde nitrique, présentent un réel atout dans les formules pré-entraînement.

En effet, l’un des bénéfices majeurs du NO est qu’il exerce une action vasodilatatrice permettant une meilleure irrigation des fibres. Les nutriments, l’oxygène et les hormones anaboliques produits par notre organisme peuvent alors circuler plus rapidement dans ce dernier et donc parvenir aisément jusque dans les muscles. De plus, les déchets, libérés à l’occasion des différentes réactions métaboliques et qui ont tendance à s’accumuler dans les cellules, sont évacués plus vite, pour une meilleure capacité de performance musculaire. Le potentiel vasodilatateur du NO se traduit également par un renforcement de la vascularité, du volume, de la densité et de la congestion, le célèbre effet « pump », signe d’un travail musculaire bien accompli.

Le NO contribue en outre à activer la synthèse protéique (transformation de la protéine en muscle) : plus sa concentration est élevée, plus le développement de nouvelles fibres est facilité.

Les précurseurs de NO permettent donc d’agir à la fois sur l’accroissement de la capacité de performance et l’augmentation du développement musculaire, tout en favorisant de surcroît la congestion musculaire. D’où l’intérêt de s’en assurer un apport parallèlement à une séance d’exercice.

 

Les deux principaux précurseurs de NO

La citrulline et l’arginine contribuent à accroître la libération de NO de manière tout à fait significative et présentent en parallèle de nombreux avantages pour les athlètes en quête de résultats.

• Les propriétés de la citrulline

- La citrulline est un précurseur de NO performant qui contribue à acheminer davantage d’oxygène, d’acides aminés et de glucose à l’intérieur des muscles, ce qui agit de manière favorable sur la capacité de performance et de développement.

- Elle est aussi capable de renforcer le niveau d’énergie en augmentant la vitesse à laquelle l’organisme synthétise de l’ATP pendant l’exercice et reconstitue les réserves de phosphocréatine à l’issue de l’effort.

- La citrulline contribue en outre à réduire les taux d’acide lactique et d’ammoniaque, ce qui favorise l’amélioration de la performance musculaire et l’augmentation de l’endurance.

- Une étude a mis en lumière que des sujets supplémentés en citrulline pendant 15 jours avaient enregistré un accroissement de 35% de la production d’ATP (énergie) au cours de l’effort et une augmentation de 20% dans le processus de reconstruction des réserves de phosphocréatine entre les différentes périodes d’exercice. Cela fait de la citrulline un agent d’amélioration des performances de tout premier ordre.

- Un travail de recherche a également démontré que des sujets prenant de la citrulline avant une séance d’entraînement pour les pectoraux étaient en mesure d’effectuer au moins une à deux répétition(s) supplémentaire(s) pour la plupart des séries en comparaison aux individus du groupe placebo.

• Les caractéristiques de l’arginine

- Comme la citrulline, l’arginine fait partie des précurseurs de NO les plus efficaces, qui aident à renforcer la densité musculaire ainsi que la volumisation tout en améliorant la récupération, la performance et la prise de muscle (action positive sur la synthèse protéique, c’est-à-dire la création de nouvelles fibres).

- On la trouve sous différentes formes, dont l’arginine HCl et l’arginine alpha-cétoglutarate, qui se caractérisent toutes deux par un taux d’absorption supérieur et une action renforcée en comparaison avec la L-arginine ordinaire.

- A l’occasion d’une étude, des sujets ayant consommé de l’arginine (en association avec des vitamines et d’autres acides aminés) sont arrivés moins vite à l’épuisement par rapport au groupe placebo (20% de temps d’entraînement supplémentaire). D’autres travaux ont mis en évidence une baisse du taux d’ammoniaque et de lactate lors d’une prise d’arginine avant l’effort, ce qui contribue à retarder la fatigue musculaire.

Les pre-workouts ne reposent cependant pas uniquement sur la citrulline et l’arginine. Ces deux acides aminés sont généralement associés à une sélection d’agents de performance, tels que la bétaïne HCl, la bêta-alanine, la caféine et l’amidon de maïs cireux, qui en agissent en parfaite synergie, pour des entraînements littéralement explosifs.

Les agents capables de potentialiser les effets du NO

• La bétaïne HCl

- Une supplémentation en bétaïne HCl contribue à l’augmentation du taux de NO dans l’organisme. Elle complète ainsi l’action de la citrulline et de l’arginine, ce qui favorise la densité et la croissance musculaires.

- Les recherches ont également mis en évidence qu’un apport de bétaïne HCl pouvait aider à améliorer considérablement le niveau de force et de résistance musculaire à l’effort, et même l’endurance.

- Des experts de l’Université du Connecticut (États-Unis) ont pour leur part indiqué qu’une supplémentation en bétaïne HCl pendant deux semaines permettait d’augmenter la force musculaire de 25% pour le développé couché.

- La prise de bétaïne HCl contribue en outre à l’augmentation significative de la synthèse protéique, ce qui favorise le renouvellement des fibres musculaires. La récupération est alors plus rapide.

• La bêta-alanine

- Lors d’une contraction musculaire, l’organisme produit des «déchets métaboliques» appelés ions hydronium. En s’accumulant à l’intérieur des muscles, ceux-ci finissent par générer une sensation croissance de brûlure, pour finalement conduire au stade de fatigue.

- La bêta-alanine permet de retarder le phénomène en temporisant l’accumulation des ions hydronium. La durée de l’effort, mais également son intensité, peuvent alors être accrues et le stade de fatigue musculaire est repoussé. La bêta-alanine permet de conserver plus de force et de puissance jusqu’à la fin des séances.

- Les études suggèrent qu’elle contribue à améliorer l’endurance ainsi que la récupération.

- Un travail de recherche a mis en évidence que par rapport au groupe placebo, des sujets prenant de la bêta-alanine pendant 30 jours étaient en mesure d’accroître de presque 25% le nombre de répétitions effectué à l’occasion d’une séance de squats.

• La caféine

- De nombreuses études et des décennies de rapports anecdotiques confirment la capacité de la caféine à stimuler les performances.

- Les différents travaux de recherche attestent qu’elle contribue aussi à augmenter immédiatement la force ainsi que l’endurance et à réduire la fatigue, ce qui permet d’accroître l’intensité des entraînements.

- La caféine fait partie des rares actifs capables d’améliorer à la fois les performances pendant les épreuves aérobies (longue durée) et anaérobies (travail de plus courte durée).

- Ces actions sont notamment liées à la capacité de la caféine à favoriser la libération et l’utilisation des réserves de graisse stockées dans l’organisme pour la production d’énergie au cours de l’effort.

- La caféine améliore aussi l’attention et la vigilance.

• L’amidon de maïs cireux

- L’amidon de maïs cireux est un glucide complexe qui se caractérise par une excellente digestibilité, mais surtout un taux d’absorption et de digestion ultra-rapide.

- Pris avant une séance, il favorise ainsi un renouvellement efficace des stocks de glycogène durant l’effort, ce qui permet à l’organisme de disposer de l’énergie dont il a besoin.

- Contrairement à certains glucides qui produisent une élévation importante du taux d’insuline (ce qui peut conduire à leur stockage sous forme de graisse), l’amidon de maïs cireux ne l’impacte pas de manière significative. C’est la raison pour laquelle il fait partie des meilleures sources de glucides pour les athlètes qui souhaitent renforcer leur potentiel énergétique ainsi que leur capacité de performance sans risque de stockage adipeux.

En associant les précurseurs de NO à l’un ou plusieurs de ces actifs, vous êtes assuré de bénéficier d’une efficacité renforcée pour vos séances, ce qui va vous permettre de décupler votre capacité de progression.

 

Article du Dynamag n° 127 – Juillet Août 2017
Le Dynamag est un magazine gratuit offert par Dynalife
Si vous désirez vous abonner au Magazine Gratuit
cliquez sur le lien suivant.

https://www.e-dynalife.com/dynamag

 

Produits associés

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)